2019-04-20




















Archives :
Hymnus à Avignon
(2007-09-22)
Dernière mise à jour: 2007-09-23 20:19 EET
Un spectacle de théâtre de Roumanie a remporté le “Coup de coeur de la presse” lors du Festival d’Avignon: il s’agit du spectacle “Hymnus” de Gyorgy Schwaida, mis en scène par Radu Dinulescu. A l’affiche: Victoria Cocias, Claudiu Bleont, Liliana Lupan et Vasile Danila. Si vous voulez découvrir ensemble l’ambiance du festival d’Avignon, restez sur les ondes de RRI. Un régal théâtral vous attend dans les minutes suivantes.

Connu comme l’un des événements culturels les plus prestigieux du monde, le Festival d’Avignon date de 1947 et il se propose de faire connaître au grand public et à la critique des oeuvres méconnues du répertoire universel. L’actuelle édition du Festival a proposé aux spectateurs et aux membres du jury quelque 800 spectacles présentés dans des endroits des plus inédits: monuments médiévaux aussi bien qu’anciennes fabriques.

Pour revenir au spectacle roumain, disons que ce n’est pas pour la première fois que le couple Victoria Cocias - Radu Dinulescu impressionne le public et le jury. En 2001, le metteur en scène roumain a réalisé un spectacle fascinant d’après le texte de Fernando Arrabal: “Une lettre d’amour comme un supplice chinois” qui a séduit même l’auteur.
A son tour, la comédienne Victoria Cocias est déjà montée à plusieurs reprises sur la scène du festival dans des spectacles d’après Visniec ou Bernard Proust. Elle est devenue une présence habituelle à Avignon:
“Je peux vous dire qu’à présent, j’ai mon public à moi à Avignon. Il y a des gens qui se rendent au Festival spécialement pour me voir. Et je le sais très bien, car, je les croise dans la rue et ils me remercient. Cela me fait toujours plaisir. Le public d’Avignon est ce que l’on appelle un public avisé, amateur de théâtre et qui fait du tourisme culturel pour cela. C’est très agréable de jouer devant un public comme celui là. En plus, j’adore jouer en français. On m’a dit que mon accent est sympa, un peu sexy, vous savez?”

Et, comme nous respirons déjà l’air d’Avignon, nous vous invitons à découvrir en compagnie de Victoria Cocias une coutume du festival. Il s’agit d’un petit jeu que comédiens et metteurs en scène pratiquent depuis des années. Au micro, Victoria Cocias:
“Les artistes sont encouragés à s’adresser aux gens dans la rue pour les inviter aux spectacles. C’est ce que moi et mon partenaire, Claudiu, nous avons fait: nous avons arrêté carrément les passants. C’est une façon de se faire de la publicité live. Les gens s’arrêtent, vous écoutent, ils sont curieux d’en savoir davantage, ce qui fait que parfois ils voient 5 spectacles par jour. C’est une vie tumultueuse, car nous aussi, nous assistons aux spectacles de nos collègues”.


Au moment de la présentation, il y a 6 ans, de son spectacle “Une lettre d’amour comme un supplice chinois”, le metteur en scène roumain Radu Dinulescu sentait le succès se dessiner. Voyons un peu comment les choses se sont passées cette année. Au micro, le primé Radu Dinulescu:
“J’étais sûr de l’impact de mon spectacle d’après Gyorgy Schwaida sur le jury d’Avignon, étant donné ses fortes connotations politiques et sociales. Mais, je ne m’attendais pas à un tel succès auprès du public. Cela fait déjà quelques années que nous nous rendons à Avignon et on a essayé toute sorte de combinaisons pour plaire aussi bien aux critiques qu’au public et aux directeurs de festivals. Il est très important de faire connaître la pièce, c’est la principale raison pour laquelle je tiens à me rendre à Avignon.
Ce n’est pas par hasard que j’ai choisi le texte de Schwaida, un texte qui pose des problèmes sociaux. Et, j’ai eu cette idée de monter une pièce pour faire venir dans la salle tous ceux dont on parle sur scène: chômeurs, cas sociaux, bref, tous ceux qui ont des problèmes.“


Comme Gyorgy Schwaida a écrit « Hymnus » il y a une vingtaine d’années, le texte a eu besoin de certains ajustements. Qu’est-ce qui a poussé le metteur en scène Radu Dinulescu à monter la pièce du dramaturge hongrois? Il nous l’explique lui-même:
“Tout d’abord le fait qu’il raconte l’histoire d’une famille vivant dans la pauvreté et qui, de surcroît, n’arrive pas à tenir le pas avec la société. Il y est question aussi d’organismes habilités à les aider, mais qui leur font plus de mal que de bien, puisqu’ils leur infligent des amendes et les chassent de leur logement. Bref, la pièce débute par le récit très drôle de cette famille, détruite finalement par les lois extrêmement dures de la société. Les Français se sont eux aussi reconnus dans cette pièce qui débat des problèmes découlant de l’intégration européenne, avec tout son cortège de règles immuables et d’exigences. Le spectacle, qui n’a rien à voir avec l’euro - scepticisme, milite en faveur d’une attention accrue à l’égard de ceux qui ont à relever ce nouveau défi. Il décèle même les raisons pour lesquelles, dans certains cas, les choses tournent mal jusqu’à virer à la violence “.

Le Grand Prix de la section OFF, ou “Coup de coeur de la presse”, voilà comment s’appelle le trophée décroché par le spectacle « Hymnus », dont la mise en scène appartient à Radu Dinulescu. Il a pour protagonistes Claudiu Bleont et Victoria Cocias. Cette dernière nous a fourni des détails supplémentaires sur le prix mentionné et le spectacle en général:
“Il s’agit d’un prix institué par le Club Français de Presse. 60 journalistes en ont décidé par leur vote. Pour pouvoir entrer en compétition, le spectacle a dû remplir certains critères. Parmi eux, celui de débattre d’un sujet d’actualité, aux retombées sociales et d’être présenté en première. Sur les 200 spectacles sélectionnés au début, 40 seulement sont restés en lice, dont 8 ont finalement été nominés. A part « Hymnus », trois autres spectacles ont été primés. Mais revenons à notre spectacle à nous pour dire que son ancrage dans le social a beaucoup pesé dans le verdict final et qu’il a beaucoup plu aux Français. Ces derniers sont d’ailleurs reconnus pour leur engagement social et leur penchant pour ce genre de débats. D’où le vif intérêt manifesté par le public”.

Une salle gratuite où ils pourront présenter leur futur spectacle, un chèque de 1000 euros et un très grand intérêt de la presse, voilà les atouts d’un tel prix. Une autre bonne nouvelle c’est que le spectacle mis en scène par Radu Dinulescu a été acheté par une association française très importante. Elle s’appelle “Art pour tous” et en a déjà assuré une première représentation à Nîmes. Les spectateurs roumains auront eux aussi l’occasion de voir le spectacle pour lequel la presse a fait un coup de coeur à Avignon. Sa version roumaine est en cours.
 
Bookmark and Share
WMA
64kbps : 1 2 3
128kbps : 1 2 3
MP3
64kbps : 1 2 3
128kbps : 1 2 3
AAC+
48kbps : 1 2 3
64kbps : 1 2 3
Ecoutez ici
Voici les repères horaires de réception des émissions du Service Français de RRI:
Heure (TU) 10.00 - 11.00
01.00 - 02.00 16.00 - 17.00
05.00 - 05.30 20.00 - 20.30


La mascotte historique de RRI